Poesies13
Profile

Poesies13

Salut à tous ! En tout premier, j'aime pa...

    Désolé d'être aussi peu présente ces temps-ci mais l'inspiration me manque ^^ (18/09/2017)

  • 3162 visits
  • 235 articles
  • 1899 hearts
  • 2276 comments

Emotions perdues 11/01/2015

Quand je regarde les gens ce que j'y vois me fait peur.
Ils m'ont trahie puis tuée les uns après les autres.
Ma défense s'est percée, prisonnière et je meurs.
Mon coeur malade, mon corps dépéri, je n'oublie rien d'autre.
J'ai donné ma confiance mais la leur était un leurre.

je n'ai aucun bonheur
je n'ai pas de fierté
je n'ai plus d'honneur
pas de liberté
je n'aime ni le mensonge ni la vérité
je préfère écouter et passer l'éponge

On m'a donné naissance mais c'est dommage,
le monde n'est pas un cadeau, c'est l'enfer.
Finalement je ne veux plus être sage,
le pardon je l'ignore je n'ai que des prières,
je préfère me venger et déployer ma rage.

je n'ai aucun humour
je n'ai pas d'espoir
je n'ai plus d'amour
pas de devoir
je n'aime ni l'arrogance ni le désir
je préfère me chérir et garder le silence.

Tags : Détresse

L'objectif du meurtrier 13/01/2015



Tuer n'est qu'un acte ignoble,
que pour celui qui l'observe.
Car pour celui qui le créé,
c'est une oeuvre des plus pures.

Il s
ouhaite accomplir une idée,
p
ar le biais d'une mise en scène.
Il voudrait défendre un concept,
qu'il pense juste et inviolable.

il s
ait se faire aider si besoin,
p
eut demander aux autres d'agir,
il i
nfluence aussi sa victime,
m
ais souvent préfère être seul maître.

Preuv
e d'une grande bestiali,
l'ho
mme ne peut sister à l'appel.
Il s
'abreuve du sang de ses victimes,
af
in d'assouvir une soif intense.

Tags : Mort

Une année pour une vie 13/01/2015

C'est au printemps que je suis née,
dans tes bras que je me suis levée,
le parfum des beaux jours dans les cieux,
les fleurs reflétées dans tes yeux.
Mais voilà que j'ai un problème.
Je grandis, j'apprends et j'aime,
j'ai découvert une vie de bohème,
et je peux te dire que je te hais !

L'été arriva et le monde qui m'entourait s'étendait.
Les rayons du soleil illuminaient mes souhaits
salis par ta sombre présence,
et cachés de ton existence.
J'ai regardé s'effacer les couleurs,
en découvrant ta noirceur,
à toi mon créateur.
Ma haine à moi reste inchangée, mon tableau est abstrait !

Lorsque l'automne a débarqué à mon mariage,
la pluie coulait sur mon fin visage.
Tu n'y a pas été convié, homme exclu,
je ne voulais être corrompue.
Te voir me rendait malade,
tu n'étais pour moi qu'une charade,
et je vomissais nos engueulades.
Ton ignorance me rongeait tel un torrent de larmes !

C'est alors que je vis l'hiver,
ce froid qui gelait la mer,
comme mon c½ur assailli de vengeance,
qui ne voulait que violence.
J'ai vécu sans amour parental,
je me suis fabriqué un arsenal,
pour défendre ce qui m'étais vital.
Je revendiquerai ta place et crierai aux armes !


Ma haine à ton égard est sans limite.
Ton visage est celui du démon,
tes mots ne sont que mensonges,
et dans ta voix résonne la mort.
Tu es pourtant mon géniteur,
mon père et mon créateur,
et je suis la chair de ta chair pour le pire et le meilleur.
Je ne peux que te pardonner, avant que ne recommence,
mon calvaire tel une boucle éternelle !

Tags : Temps - Détresse

La fin de la ville 13/01/2015

Le silence est oppressant. Je suis seule, il n'y a personne.
Le ciel est effacé par la peur engloutie par la haine.
Le vent a cessé de souffler, le soleil s'est assombri.
Je marche tel un zombie suivant les fantômes passés.

Des enfers viendra le danger, j'ne veux plus avoir à me réveiller.
Hurlements de douleurs et cris de détresses, j'ne veux plus ouvrir les yeux.

Les rues poussiéreuses s'effritent, la ville se détériore,
le monde tombe en ruine, je veux éternellement dormir.
J'erre parmi les ombres, fidèle serviteur de la nuit.
je dois tuer, attiré par le sang, des pulsions interdites.

Je rêve d'une destruction, d'embraser l'environnement entier.
Je brûle à l'idée d'enflammer le monde d'un grand brasier souvenir glorieux.

Le passé de rouge teinté, jaillit par vagues des rues piétonnes.
Les cendres s'envolent au travers d'la fumée, on cherche refuge.
Les maisons sont détruites, les gens à terre, l'air irrespirable.
Les explosions font rages, mon âme est absorbée par des démons.

Depuis les profondeurs de l'enfer, hurlements de souffrances et cris larmoyants,
je ne suis que le reflet de cet enfer, j'avance à grands pas pour voler ta vie.

Tags : Guerre

Comprendre autrui 20/11/2009

On dit souvent que bien des hommes
Peut importe leurs différences,
Peut importe leurs caractères,
Personne ne peut être parfait.


Dans le fond de notre coeur
Nous connaissons la vérité,
Nous savons ce qui se passe,
Mais nous refusons d'y croire.


Des mots sont bien plus
Que de lettres et de phrases,
Un mot peut toucher,
Une lettre n'est que passage.


Jusqu'où seront capables d'aller
Les hommes et les femmes du monde,
Pour atteindre un but inexistant,
En tapant au hasard dans la vie.


L'horreur et la méchanceté
La haine et la rancoeur,
Bien souvent vous font défault,
Ne sont que droits et devoirs.


Cacher sans savoir,
Chercher sans y croire,
Trouver sans vouloir,
C'est Laisser sans voir.

Tags : Détresse - Vie